E-Cigarettes

La cigarette électronique, également appelée E-cigarette est un dispositif électronique qui simule le tabagisme.

Les cigarettes électroniques sont des produits du tabac sans aucune combustion, elle est une alternative aux cigarettes tout en réduisant les risques liés à celle-ci.  Au lieu de la fumée de cigarette, l'utilisateur inhale de la vapeur composée de propylène glycol et de glycérine végétale.

Les E-cigarettes possèdent un clearomiseur qui vaporise une solution liquide appelée E-liquide ce qui permet de simuler l'acte de fumer. Ils existent différents types de cigarettes électroniques les box électroniques, les box Méca voir "le coin des experts" et les Pods etc...

 Tendance & Smoke vous accompagne dans le choix de  votre cigarette électronique et vous propose des kits adaptés à vos besoins

   - Les kits débutants

   - Les kits initiés

   - Les kits experts

 Avec Tendance & Smoke retrouvez l'univers de la cigarette électronique et arrêtez définitivement de fumer ! 

En savoir plus sur les dispositifs d'e-cigarettes

Quelle cigarette électronique choisir ?

Depuis de nombreuses années, la cigarette électronique est de plus en plus utilisée par les fumeurs, mais il est important de bien sélectionner sa vapoteuse avant de s’y convertir ! En effet, il existe différents types de cigarettes électroniques, différents types de formats, offrant différentes sensations. Que vous soyez fumeurs réguliers ou non, que vous ayez déjà vapoter ou non, vous trouverez notre sélection de kits adaptés aux débutants, aux initiés et aux experts. Selon votre profil, vos envies ou vos objectifs, Tendance & Smoke vous accompagne dans ce choix.

Comment fonctionne la cigarette électronique ?

La cigarette électronique, également appelée E-cigarette est un dispositif électronique qui simule le tabagisme. Les cigarettes électroniques sont des produits du tabac sans aucune combustion, elle est une alternative aux cigarettes tout en réduisant les risques liés à celle-ci. Au lieu de la fumée de cigarette, l'utilisateur inhale de la vapeur composée de propylène glycol et de glycérine végétale. Les vapoteuses sont généralement composées d’une batterie, d’un clearomiseur et d’un contenant de nicotine appelé e-liquide.

Nos conseils pour acheter votre vapoteuse en toute tranquillité

La cigarette électronique est devenue le dispositif le plus utilisé pour arrêter de fumer progressivement, mais il est important de prendre des précautions et de choisir une e-cigarette de qualité. C’est pour cela que notre boutique en ligne vous propose des vapoteuses fiables, performantes, qui respectent les normes françaises et européennes et au meilleur prix. Ces dispositifs sont déconseillés aux non-fumeurs et interdits aux mineurs.

Filtres actifs

E-Cigarette : Mach One Blue E-Cigarette : Mach One Blue 2
  • Exclusivité web !
Available
E-Cigarettes

E-Cigarette : Mach One Blue

99,90 €
Le kit USV MACH ON3 240W Squonker Black Blue, propulsé par...

Qu’est-ce qu’une cigarette électronique ?

La cigarette électronique a été créée comme substitut de la cigarette à tabac. Cet appareil léger et compact permet d’inhaler de la vapeur aromatisée, de manière à simuler l’acte de fumer. L’idée est de profiter de sensations similaires (voire meilleures !), tout en minimisant les risques sur la santé. Elle se distingue de la cigarette classique par de nombreux aspects. Une e-cigarette est composée, globalement, d’une batterie et d’un clearomiseur. Ce dernier est un dispositif servant à diffuser de la vapeur par échauffement doux. Il contient du e-liquide, mélange de propylène glycol, de glycérine végétal, d’un arôme alimentaire et éventuellement de nicotine à divers dosages. En termes d’apparence, on trouve divers modèles de cigarettes électroniques. Certains sont longs et minces, un peu à l’image de leur ancêtre, la cigarette à tabac. Leur gabarit reste néanmoins supérieur afin de pouvoir contenir tous les composants nécessaires au processus de diffusion de vapeur. D’autres modèles sont légèrement plus volumineux et se présentent comme un embout circulaire précédé d’une batterie en forme de pavé (box). Le transport et l’usage d’une e-cigarette sont toutefois aisés, le format ayant étant pensé pour satisfaire l’utilisateur au niveau plaisir et praticité. Les deux modèles précités sont les plus courants. Mais il en existe d’autres encore. Vous pouvez les découvrir ici !

Quels sont les avantages de la cigarette électronique ?

Le coût amoindri de la vape

Si le premier achat d’une cigarette électronique demande de débourser plus d’argent que celui d’un paquet de cigarettes à tabac, il s’agit en réalité d’un investissement. Ce matériel nécessite un approvisionnement régulier en liquide et il faut périodiquement en changer la résistance. Pour autant, le prix sera très vite amorti, l’achat de e-liquides et de résistances étant largement inférieur à celui du tabac. Pour connaître le coût exact du matériel de vapote, suivez ce lien !

La diversité des sensations offertes par la e-cigarette

En optant pour la vape, on ne se cantonne plus à un éternel bâtonnet de papier fourré de tabac, dont les goûts proposés diffèrent, en définitive, très peu les uns des autres. Au contraire, une grande diversité de modèles de e-cigarettes s’offrent au vapoteur. Certaines produiront un plus grand volume de vapeur, une température plus ou moins chaude… d’autres encore permettront de choisir entre diverses possibilités selon l’humeur. En outre, les e-liquides proposent d’innombrables saveurs avec de surcroît de nombreuses variantes. Au sein de ce large éventail, vous trouverez vanille, noisette, fraise, coco, tiramisu, rhum-vanille-caramel-amandes, cheese-cake, menthe-fruits rouges… et parfois des mélanges complexes d’ingrédients aussi étonnants que savoureux. On dénombre aujourd’hui plus de 7700 goûts sur le marché ! Le choix entre les différents liquides de vape permettent eux aussi de faire varier le volume de vapeur.

Le style conféré par la vape

Avec la vapote, non seulement on dispose d’un large choix de cigarettes en termes de caractéristiques techniques, mais aussi en termes d’apparence. Le vapoteur peut choisir entre une cigarette élégante, noire et argentée ; un dégradé de bleu irisé et de violet ; des motifs dragon ou tribaux… Les différentes e-cigarettes existantes s’accordent avec les goûts et la personnalité de chaque individu ! À noter qu’il est possible d’en posséder une ou plusieurs selon les envies de chacun. Cela permet de varier les plaisirs au niveau du style mais aussi au niveau des sensations.

Les odeurs, plus agréables que celle du tabac

La vapeur émanant des cigarettes électroniques a l’avantage de se dissiper très rapidement. C’est tout le contraire de la fumée de tabac, qui s’incruste très durablement dans le mobilier et même dans l’air ambiant, créant une atmosphère fortement incommodante. Avec la vape, les volutes ne laissent pratiquement aucun indice de leur passage. Du reste, l’odeur des vapeurs émises est douce, à l’inverse de la fumée âcre du tabac, qui généralement n’est pas source de réjouissance les voisins du fumeur… !

La santé préservée grâce à la cigarette électronique

C’est généralement l’argument premier qui pousse les fumeurs à délaisser la cigarette à tabac au profit de la cigarette électronique. En effet, selon toute vraisemblance, la seconde est autrement moins dangereuse que la première. Pour connaître tous les détails sur la question, rendez-vous ici !

Les problèmes de pénurie de cigarette raréfiés avec la vape

Même une batterie à moitié chargée et un clearomiseur à moitié rempli offrent une durée de vie largement supérieureà celle d’un paquet de cigarettes à tabac. Un réservoir plein équivaut à 2 à 8 paquets selon le modèle. Fini le temps où l’on se retrouvait à cours de cigarettes lors des soirées entre amis, et où l’on se ruait vers le dernier bureau de tabac ouvert ! Néanmoins, on peut toujours prévoir, par mesure de précaution, d’emmener un chargeur et un flacon de e-liquide avec soi. Mais dans la pratique, c’est rarement nécessaire.

Dit-on « fumer » ou « vapoter » ?

Le fonctionnement d’une cigarette électronique diffère de celui d’une cigarette à tabac, notamment en raison du fait qu’elle n’implique aucune combustion, mais une vaporisation de liquide. L’expression « fumer une cigarette électronique » est couramment employée, mais les puristes diront qu’il s’agit d’un abus langage, puisque celle-ci fait exhaler de la vapeur et non de la fumée.

Ainsi, on préfère employer les termes distinctifs « vapoter » ou « vaper ». Le premier est passé dans le langage journalistique depuis plusieurs années déjà, et possède une connotation conviviale et amusante. Le deuxième est souvent préféré par les jeunes pour son côté légèrement plus familier et sa rapidité de prononciation. Mais le choix de l’emploi de l’un ou l’autre terme tient avant tout à des préférences purement subjectives de la part de chaque locuteur.

De même, pour désigner la consommation de cigarette électronique en général, on peut dire au choix « la vape » ou « la vapote » selon ses envies personnelles.

Pour l’anecdote, certains fumeurs repentis adeptes de la vapote aiment employer le terme « la tueuse » pour parler de leur ancien plaisir coupable, la cigarette à tabac. Les anglophones, quant à eux, ont choisi l’appelation « the stinkies », ce qui signifie littéralement « les puantes » !

Qui a inventé la vape ?

C’est en 1965 qu’un premier brevet est déposé pour l’invention d’une cigarette électronique. Cependant, son inventeur, Herbert A. Gilbert, ne parviendra pas à lancer sa commercialisation.

La e-cigarette d’aujourd’hui a été créée par le pharmacien Hon Lik. Cet homme hong-kongais, cherchait un moyen de se sevrer définitivement de la cigarette ; mais surtout, de sauver son père, lui même gros fumeur et atteint d’un cancer du poumon.

En 2010, l’invention de Hon Lik acquière une fiabilité suffisante pour commencer à percer sur le marché. La « vapoteuse » connaît depuis lors un succès croissant, et ne cesse de s’améliorer et d’évoluer.

Comment utiliser une e-cigarette pour la première fois ?

Amorcer la résistance

Lors de la première utilisation d’une cigarette électronique, la résistance sera sèche. Il faudra donc penser à l’amorcer. Pour cela, rien de plus simple : on remplit le réservoir et on laisse la résitance s’imbiber une dizaine de minutes. Il convient d’y penser lors du premier achat d’une cigarette électronique, mais aussi à chaque remplacement de cet élément. Sinon, vous tirerez sur une résistance sèche, qui se retrouvera malencontreusement brûlée.

Pour accélérer le processus, on peut tirer doucement sur la e-cigarette afin de répartir le e-liquide sur l’ensemble de la résistance. Il est impératif d’effectuer cette opération cigarette éteinte sous peine de brûler votre nouvel accessoire.

Comment allumer une e-cigarette ?

Selon les modèles, il suffit d’appuyer 3 ou 5 fois sur le bouton d’allumage pour mettre en marche une cigarette électronique. L’opération est identique pour l’éteindre.

Puisqu’il ne s’agit pas d’un bâtonnet qui se consume par combustion, la durée de chaque séance de vapotage n’est pas limitée par l’arrivée au bout de la cigarette, comme avec le tabac. Elle est déterminée par le seul désir de l’utilisateur ! On peut donc aussi bien allumer une cigarette électronique pour prendre deux bouffées, par plaisir fugace, où pour la savourer plus longuement, un peu comme on siroterait un cocktail.

Comment tirer sur une cigarette électronique ?

Une fois la vapoteuse allumée, on tire dessus tout en maintenant le bouton de marche appuyé afin de provoquer la chauffe. C’est ainsi que le liquide s’évaporera à l’intérieur de la e-cigarette, et sera disponible pour être inhalé. Cet acte simultané est une habitude à prendre, tout à fait intuitive, et qui s’ancre rapidement chez le nouveau vapoteur.

L’aspiration ne s’effectue pas exactement comme sur une cigarette classique. On inhale plus lentement et plus longuement la vapeur. Car contrairement à la cigarette à tabac, il ne s’agit pas d’aspirer pour provoquer une combustion. C’est la pression sur le bouton de la batterie qui provoque une évaporation du liquide. Pour cette raison, et de par l’absence de tabac tassé, il n’est pas nécessaire de tirer fort. En suivant la technique de l’aspiration douce et longue, la perception de l’arôme du e-liquide est par ailleurs décuplée.

Quel est le prix d’une cigarette électronique ?

Le prix d’une cigarette électronique à l’achat

Le coût d’une vapoteuse varie dans une large fourchette selon les modèles et les souhaits spécifiques de l’utilisateur :

Il faudra ensuite prévoir l’achat d’un ou deux e-liquides. Le coût d’un flacon de 10 ml s’élève généralement entre 4,20 € et 6,90 €. Pour trouver une cigarette électronique pas chère, on se tournera vers les modèles pour débutants. L’achat d’une e-cigarette de format pod peut être particulièrement intéressant.

Découvrez ce qu’est un pod ainsi que tous les différents modèles de vapoteuses ici

Les cigarettes électroniques sont typiquement vendues sous forme d’un kit comprenant une résistance de rechange et un chargeur en plus de la cigarette elle-même. Les chargeurs de e-cigarettes sont universels, ce qui peut permettre d’éviter des rachats superflus en cas de perte (on peut récupérer celui d’un ancien modèle précédemment acheté).

Le budget à prévoir pour l’entretien d’une e-cigarette

Un vapoteur régulier consomme en moyenne un flacon de 10 ml par semaine. Pour un flacon à 5,90 €, il faudra alors compter 23,60 € par mois. Pour un utilisateur vapotant exclusivement le week-end, un seul flacon par mois suffira amplement. Son budget e-liquide se réduira donc à 5,90 € par mois.

Il faut également changer la résistance de sa cigarette électronique une à deux fois par mois selon l’utilisation. Une résistance coûtant entre 0,90 et 4,90 €, on rajoutera donc entre 0,90 et 9,80 € par mois.

Pour savoir à quel moment remplacer votre résistance, cliquez ici !

Il peut parfois s’avérer nécessaire de remplacer son clearomiseur. Avec les anciens modèles, il fallait les substituer régulièrement, tous les mois environ. Mais ce temps est révolu. Les modèles d’aujourd’hui étant de plus en plus résistants, le besoin survient principalement en cas de brisure ou de fêlure suite à un choc violent. En cas d’incident, prévoir 20 € environ pour le remplacement.

Concernant la batterie, on réinvestira environ tous les 3 à 5 ans, sa durée de vie avoisinant celle d’un équivalent pour téléphone portable. On comptera pour cela entre 10 à 180 € selon le modèle de vapoteuse.

En définitive, le prix d’une cigarette électronique et de son entretien reste, quoi qu’il arrive, largement inférieur à celui d’une consommation régulière de tabac. En sachant que le budget cigarettes mensuel d’un fumeur régulier est généralement compris entre 200 et 300 €, le calcul est vite fait !

Combien de temps dure un flacon de e-liquide ?

Un flacon de e-liquide a une durée de vie moyenne d’une semaine pour un vapoteur régulier. Cependant, plusieurs critères rentrent en compte pour répondre à cette question. Tout d’abord, il va de soi que votre consommation personnelle sera le tout premier. Ensuite, au-delà de la fréquence de vapotage, un second facteur qui intervient est la façon de tirer sur sa cigarette électronique, propre à chacun. Et pour finir, votre matériel déterminera lui aussi la durée de vie de vos fioles de liquide.

En outre, de nombreuses e-cigarettes permettent de régler la puissance de la résistance afin de faire varier la sensation de hit (la fameuse arrivée de chaleur dans la gorge communément appréciée des fumeurs et ancien fumeurs). Ce dernier paramètre est susceptible de ralentir ou d’accélérer la baisse de niveau de liquide dans votre réservoir en fonction de vos réglages. Il va de soi qu’un réglage élevé consommera davantage qu’un réglage faible.

La cigarette électronique fait-elle tousser ?

Lorsque vapoter fait tousser, la cause est facile à identifier. Les 4 raisons les plus courantes sont les suivantes :

  • Le propylène glycol : c’est une première piste pouvant expliquer une éventuelle toux. Les deux ingrédients de bases qui entrent dans la composition des e-liquides sont le propylène glycol et la glycérine végétale. Le premier a tendance à dessécher les muqueuses. Les gorges les plus sensibles peuvent avoir du mal à le supporter en trop grandes quantités. Auquel cas, il suffit de se tourner vers un liquide à taux de propylène glycol et glycérine végétale plus équilibrés : 50 pg/50 vg ou 40 pg/60 vg au lieu de 74 pg/25 vg. Les deux types de dosages sont aussi courants l’un que l’autre, il est donc très aisé de trouver un liquide avec le ratio qui vous convient.
  • La nicotine : c’est l’une des explications le plus courantes liées à la toux chez le vapoteur. Si vous ressentez un picotement, une sensation aiguë dans la gorge, alors le problème vient sans doute de là. Diminuez votre dosage de nicotine, et tout rentrera dans l’ordre.
  • La puissance : Il peut également arriver qu’une cigarette électronique réglée à puissance trop élevée soit en cause. Tentez de baisser le voltage et jaugez la différence. Si votre e-cigarette est équipée d’une bague airflow (un cercle pivotant révélant une série de trous), vous pouvez également essayer de réduire l’arrivée d’air.
  • La façon de vapoter : Certains vapoteurs gardent parfois le réflexe d’aspirer comme sur une cigarette à tabac, c’est à dire brièvement et avec force. Or, il est préférable de tirer plus doucement et plus longuement sur une vapoteuse, un peu comme sur une paille. Cette nouvelle habitude à prendre évite de saturer la gorge de vapeur, et ainsi de faire tousser. Elle permet, de surcroît, de sentir davantage les arômes.

La cigarette électronique fait-elle grossir ?

De nombreux fumeurs désireux de se sevrer émettent cette crainte. Alors, la vapote fait-elle gagner des kilos supplémentaires ? La réponse est simple : non !

En revanche, il est probable que l’arrêt du tabac entraîne une prise de poids. D’une part, parce que la cigarette traditionnelle a tendance à brûler les calories chez certains consommateurs. D’autre part, parce qu’il est fréquent, durant les premières semaines, de compenser sa frustration liée à l’arrêt du tabac en se précipitant sur la nourriture à toute heure de la journée.

En somme, si vous constatez une prise de poids à la suite de votre passage à la vape, ce sera certainement du au sevrage tabagique et non à la cigarette électronique.

La cigarette électronique est-elle nocive ?

Outre les goûts et les odeurs incomparables, c’est bien souvent les raisons de santé qui incitent à écraser la dernière cigarette pour passer à la vapote. Mais la cigarette électronique est-elle sans danger ?

Plusieurs études contradictoires sont parues depuis l’avènement de la e-cigarette. Cependant, toutes tendent à prouver qu’elle demeure toutefois beaucoup moins dangereuse que son aînée à base de tabac. En Grande-Bretagne, le Public Health England, organisme affilié au Ministère de la Santé britannique, a conclu que la vapote était à 95 % moins nocive que le tabagisme. Depuis, sa consommation est encouragée dans le pays pour lutter contre la cigarette classique, génératrice de problèmes de santé majeurs au sein du pays et même au niveau mondial.

En outre, plusieurs faits semblent converger dans ce sens, à commencer par l’absence de combustion dans la cigarette électronique. En premier lieu, c’est bel et bien la fumée du tabac qui est responsable de l’apparition de tumeurs pulmonaires (cancer du poumon) et autres maladies respiratoires graves telles que la BPCO (broncho-pneumonie obstructive chronique). En effet, la combustion des cigarettes classiques génère du Monoxyde de carbone, gaz hautement toxique. Or, celle-ci est totalement absente lors de la vaporisation de e-liquide. Ensuite, la cigarette électronique est dépourvue des multiples substances cancérigènes présentes dans la cigarette à tabac. Outre le monoxyde de carbone, on peut citer parmi elles les benzènes, l’arsenic, le plomb ou encore le méthanol (carburant de fusée !).

Par ailleurs, s’il est vrai que nous ne disposons actuellement pas encore d’un recul suffisant pour savoir si la vapote représente un danger potentiel à long terme, les effets bénéfiques à court terme ont en revanche été largement expérimentés par les vapoteurs. D’aucuns rapportent une santé pulmonaire grandement amélioré, un meilleur souffle, et une impressionnante réduction de leurs rhumes et grippes depuis leur passage à la vape. En somme, un soulagement global.

La cigarette électronique, un danger ? À l’heure actuelle, tout laisse penser qu’elle est en tout cas largement moins nocive que la cigarette à tabac.

En ce qui concerne les femmes enceintes, dans le doute, nous déconseillons cependant l’usage de la cigarette électronique. Si une envie irrépressible de vapoter vous prenait une fois ou deux durant votre grossesse, alors optez pour le vapotage sans nicotine.

La cigarette électronique induit-elle une dépendance ?

Le croyance populaire affirme que la nicotine serait la seule responsable de la dépendance au tabac. Mais la réalité est plus complexe. Les fabricants de cigarettes travaillent depuis plusieurs décennies à fidéliser le client envers la cigarette, mais aussi envers leur propre marque. C’est pourquoi, dans les laboratoires de l’industrie du tabac, de nombreux scientifiques s’emploient à créer toujours plus d’agents visant à rendre le consommateur accro !

La cigarette électronique, elle, ne contient qu’une seule substance addictive, qui est donc la nicotine. Ceci explique d’ailleurs pourquoi les premiers mois de passage à la vapote, il peut arriver que le manque de tabac se fasse encore sentir par moments. Heureusement, ce phénomène s’estompe jusqu’à disparaître passée cette période. Mieux encore, il est parfaitement possible de réduire progressivement le taux de nicotine dans ses e-liquides, jusqu’à s’en passer complètement.

De nombreux vapoteurs ont pu faire le constat que le geste automatique d’allumer leur cigarette électronique est beaucoup moins pressant au cours de la journée que l’était celui d’allumer une cigarette à tabac par le passé.

Vapoter aide-t-il à arrêter de fumer ?

Le taux de réussite d’arrêt du tabac

Près d’un vapoteur sur deux est parvenu à s’affranchir totalement du tabac. Quand à la moitié restante, elle a réussi, tout au moins, à réduire sa consommation de tabac, passant de 19,3 cigarettes par jour en moyenne à 10,4 à présent.

Comparativement aux moyens de sevrage tabagiques existants, les chiffres sont sans appel. La cigarette électronique affiche un bien meilleur taux de réussite que les patchs, gommes à mâcher et autres substituts nicotiniques. Ces derniers n’auraient de succès que dans 18 % des cas contre près de 50 % pour la e-cigarrette !

Comment réussir son sevrage tabagique grâce à la cigarette électronique ?

Un vapoteur sur deux parvient à se sevrer du tabac pour de bon. Vous désirez en faire partie ? Voici 6 conseils à suivre pour réussir à cesser de fumer définitivement :

1. Devenir vapoteur exclusif dès la départ. Afin de maximiser ses chances de réussite, il est vivement recommandé de cesser totalement de fumer au moment du passage à la vape. Les amateurs de cigarette qui combinent le tabac et la vapote, les vapofumeurs, entretiennent leur dépendance à toutes les substances contenues dans la cigarette classique. En effet, la nicotine n’est pas le seul agent addictif impliqué dans la consommation de tabac. Pour plus de précisions, suivez ce lien.

2. Choisir le bon dosage. Pour réussir à s’affranchir du tabac et de tous ses inconvénients, l’un des éléments-clés sera aussi de choisir le bon taux de nicotine. En règle générale, on conseille de choisir un e-liquide dosé à 6 mg/ml pour un fumeur de 10 cigarettes par jour, 12 mg/ml pour un fumeur d’un paquet par jour, et 18 mg/ml pour un fumeur de 30 à 40 cigarettes par jour.

3. Ne pas baisser trop rapidement son taux de nicotine. Ensuite, il est crucial de maintenir ce taux de nicotine pour une durée de 6 à 8 mois. On peut ensuite baisser progressivement le dosage. Certains vapoteurs ont échoué en passant prématurément à la vapote sans nicotine, se croyant déjà libérés de toute dépendance. Demandez conseil à des vendeurs spécialisés pour savoir quel est votre taux de nicotine idéal à adopter et sur quelle durée.

4. Choisir la bonne cigarette électronique. Afin de ne pas rechuter, il est essentiel de prendre un maximum de plaisir à vapoter. Pour ce faire, nous vous recommandons de tester différentes cigarettes électroniques. Demandez conseil à un vendeur spécialisé, qui saura vous aiguiller vers la vapoteuse de vos rêves. Que recherchez-vous ? De la vapeur diffuse ? Un hit prononcé ? (sensation de chaleur dans la gorge).

5. Choisir des arômes qui vous plaisent. De même, essayez différents parfums de e-liquides. Certains vapoteurs se satisfont pleinement d’un seul goût à vaper au quotidien. D’autres, en revanche, aiment varier les plaisir et tournent avec 3 flacons différents autour de la journée ou de la semaine. D’autre encore possèdent toute une mallette de saveurs diverses et variées. Si vous préférez alterner entre deux e-liquides différents ou plus, nous vous recommandons de choisir des parfums contrastant suffisamment les uns avec les autres. Par exemple : cookie + framboise + menthe.

6. Prévenir la pénurie. Si jamais votre vapoteuse se retrouvait vide de liquide ou de courant lors d’une soirée entre amis, ou si elle se montrait défaillante, quel serait le risque ? Celui de demander une cigarette à l’un de vos voisins. Pour éviter la rechute, faites en sorte de ne pas vous retrouver à court les premiers temps. Prévoyez un flacon de e-liquide de réapprovisionnement, ou mieux encore, un deuxième clearomiseur préalablement rempli. Ainsi, vous pourrez changer de goût en un tournemain, et par la même occasion, de résistance si jamais la vôtre commençait à faiblir. Si vous partez en vacances quelques jours, pensez à prévoir une batterie de rechange et amenez votre chargeur pour faire une rotation entre les deux accessoires d’alimentation.

Note importante : La cigarette électronique offre des sensations autrement meilleures que le tabac. Pour autant, il arrive que les nouveaux vapoteurs ressentent une frustration par rapport à l’ancienne cigarette les premiers temps, comme s’il « manquait quelque chose ». Alors, la cigarette de papier du voisin peut parfois susciter la tentation malgré son odeur et son goût rebutants.

Mais il s’agit, bien souvent, d’une manifestation de dépendance que l’on tente de rationaliser. Pour rappel, les substances contenues dans le tabac vont bien au-delà de la nicotine. En cas d’envie pressante, tenez le coup ! Vous découvrirez qu’en passant un palier de 6 mois environ, l’organisme commence, au contraire, à faire un rejet de cette ancienne amie qui vous veut du mal. On ne lui trouve plus rien d’attrayant, bien au contraire.

Et l’on ne jure plus que par le goût délicieux, les bonnes odeurs, la respiration de nouveau fluide procurés par la cigarette électronique… sans parler du portefeuille qui se regarnit à grande vitesse !

Où peut-on vapoter ?

Pour rappel, l’usage de la cigarette électronique est réservé aux personnes majeures en France et en Belgique. Au Canada, les mineurs de 16 ans et plus sont autorisés à consommer des liquides à 0 mg de nicotine seulement.

En Belgique, la vente de e-cigarettes en ligne est restreinte afin de réguler l’âge des consommateurs. Il n’est possible d’acheter via internet que des e-liquides dépourvus de nicotine. Pour l’achat de liquides nicotinés, il faut obligatoirement se rendre en boutique de vapote physique.

Où vapoter en France ?

La législation en vigueur autorise le vapotage dans les espaces ouverts. La cigarette électronique est donc autorisée devant les arrêts de bus, aux portes des bâtiments en général et sur les terrasses de restaurants, bars et cafés.

Concernant les lieux fermés, le décret n° 2017-633 du 25 avril 2017 définit les lieux où il est possible de vaper ou non. L’interdiction de vapoter concerne, entre autres, les établissements fréquentés par les mineurs tels que les écoles et lycées. La e-cigarette est également interdite dans les espaces à vocation sanitaire comme les hôpitaux.

Vapoter en magasin est totalement prohibé… mis à part dans les magasins de vapote, dédiés à cette pratique, et où les clients sont par ailleurs autorisés à goûter les différents arômes.

Il en va de même pour les « lieux de travail fermés à usage collectif ». Il n’est donc pas possible de vapoter au sein de bureaux et open-space partagés, ni dans un atelier ou une usine. En principe, au travail, on devra se rendre en terrasse pour profiter d’une pause-cigarette électronique. Cependant, un bureau individuel n’étant pas un espace collectif, il est possible d’y vaper, seul et porte fermée.

Dans les transports en commun, la loi est claire : il est strictement interdit de vapoter. En avion, les détecteurs de fumée étant sensibles à la vapeur, la e-cigarette est totalement interdite. Néanmoins, les véhicules disposant d’un espace ouvert autorisent le vapotage dans les parties en question : on peut vapoter, par exemple, sur le toit d’un bus touristique ou sur le pont d’un bateau.

Les restaurants, bars et cafés fonctionnent au cas par cas. En plus de pouvoir vapoter en terrasse, on peut parfois également savourer sa cigarette électronique à l’intérieur selon la décision du gérant. Dans le doute, mieux vaut demander au personnel quelle réglementation s’applique dans l’établissement avant de souffler de jolis nuages.

Il va de soi que, s’agissant d’une activité susceptible de distraire un conducteur, il est interdit de vapoter au volant, tout comme de téléphoner.

Où vapoter en Belgique ?

En Belgique, la vape est assimilée à un produit du tabac. Aussi, l’interdiction de vapoter s’applique à tous les lieux fermés sans exception.

En revanche, il est possible de fumer dans les parties extérieures des lieux publics tels que les stades ou terrasses de restaurants.

Où vapoter au Canada ?

À l’instar de la Belgique, le Canada n’autorise pas le vapotage dans les lieux clos. En extérieur, si vous êtes à proximité d’un espace pour enfants (comme une aire de jeu) ou d’un terrain sportif (comme un skate park ou une patinoire), il faudra également vous abstenir.

Si vous vous trouvez devant ces espaces ou devant un lieu fermé, la loi stipule que vous respectiez une distance de 9 mètres entre votre cigarette électronique et le lieu en question.

Cependant, contrairement à la France et à la Belgique, le Canada dispose encore d’espaces fumeurs dans certains lieux publics comme les hôtels ou les restaurants. Il est évidemment permis de vapoter dans ces coins spécifiques.

Quelle est la meilleure cigarette électronique ?

Il n’existe pas de réponse universelle à cette question, car tout dépend de chaque individu et de son profil. L’idéal sera de trouver la cigarette qui conciliera vos besoins, vos habitudes de consommation, et même votre curiosité.

Parmi les différents facteurs à prendre en compte dans votre choix, il faudra compter vos désirs en termes de sensations, mais aussi votre consommation de tabac.

Pour connaître les différents modèles de e-cigarette existants, voir ci-dessous.

Quels sont les différents modèles de cigarette électronique?

La cigarette électronique se décline en d’innombrables versions. Nous vous livrons ici les familles de modèles les plus connus :

La e-cigarette « tube » : la classique

Il s’agit sans doute du modèle de cigarette électronique le plus répandu. De taille moyenne, et comme son nom l’indique, elle se présente sous forme d’un tube. Elle se compose d’une longue batterie cylindrique surmontée d’un clearomiseur.

La vapoteuse de type tube est appréciée pour son esthétique qui évoque la cigarette classique. Elle permet parfois un réglage de la puissance et peut également être munie d’une bague airflow. Ce modèle est recommandé aux vapoteurs intermédiaires dont la consommation est faible ou moyenne, et peut aussi convenir aux débutants.

Si vous êtes un petit vapoteur, cette e-cigarette vous suffira amplement pour tenir une journée ordinaire ou une soirée complète. Autrement, pensez à prévoir du e-liquide et une batterie de rechange.

La e-cigarette pod : idéale pour les débutants

Cette e-cigarette nouvelle génération est parfaite pour ceux qui entament tout juste la vapote. Sa facilité d’utilisation permet de découvrir ce nouveau plaisir sans se poser de question. Cette petite cigarette électronique ne comporte qu’une batterie coiffée d’un mini réservoir appelé pod. Sa forme est généralement mince et plate.

L’entretien est simple : une fois le pod vidé, on le remplace comme une cartouche. La taille compacte de cette vapoteuse minimaliste rappellera aux débutants leurs anciennes cigarettes à tabac.

Pour les gros et moyens consommateurs, une batterie et un pod de rechange sont à prévoir lors des sorties entre amis.

La e-cigarette box : l’amie des experts

Cette e-cigartte sophistiquée est réservée aux vapoteurs expérimentés et aux amateurs de sensations fortes. Un peu plus imposante que ses deux sœurs précitées, elle est composée d’une batterie en forme de pavé appelée box surmontée d’un clearomiseur de bonne circonférence.

Au-delà d’un simple réservoir de courant, la box est dotée de divers boutons permettant d’effectuer de multiples réglages en termes de température, volume de vapeur, puissance… Elle dispose soit d’une batterie simple, soit de deux accus rechargeables selon le cas.

La vapoteuse de type box offre par ailleurs grande autonomie tant au niveau électricité qu’au niveau de la capacité de son réservoir. Elle est capable d’accompagner le vapoteur pour une journée complète sans problème.

Comment fonctionne une cigarette électronique ?

Une vapoteuse classique est composée d’une batterie, d’un clearomiseur et d’une résistance. La résistance se trouve à l’intérieur du clearomiseur, directement en contact avec le e-liquide. Alimentée par la batterie, elle chauffe le liquide qui va s’évaporer pour pouvoir être envoyé dans la bouche du vapoteur.

Auparavant, quelques années en arrière, les résistances étaient pourvues de mèches qui absorbaient le e-liquide. Il arrivait souvent qu’avec la baisse du niveau de liquide, celles-ci se retrouvent à « nager » dans le vide, et ainsi elles pouvaient malencontreusement brûler. Heureusement, les technologies de la e-cigarette ne cessent d’évoluer au fil du temps. Aujourd’hui, les résistances contiennent généralement un coton qui absorbe le liquide de façon uniforme et durable. Les arômes sont mieux restitués, et les brûlures indésirables, c’est terminé !

Un nouveau modèle, de facture plus simple, a récemment émergé parmi les cigarettes électroniques, appelé pod. Son fonctionnement diffère quelque peu de celui de ses sœurs. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

Qu’est-ce qu’un clearomiseur ?

Un clearomiseur est un élément clé qui entre dans la composition d’une cigarette électronique. Il s’agit du cylindre qui surmonte la batterie. Il est constitué d’un réservoir, d’un embout buccal et d’une résistance. Cette dernière renferme un coton-éponge servant à absorber et diffuser le liquide (atomiseur). Des parois de verre ou de plastique qui tapissent le clearomiseur laissent voir le niveau de remplissage.

L’appellation « clearomiseur » vient du mélange des deux mots « atomiseur » et « clear », qui en anglais signifie transparent.

Comment remplir un clearomiseur ?

On commence par dévisser le clearomiseur. Ensuite, on évisse son embout, qui sera situé en haut ou en bas selon le modèle. Après avoir débouché le flacon, on remplit le réservoir en prenant garde à insérer le bec verseur entre les parois et la cheminée central. En effet, la liquide ne doit surtout pas pénétrer dans la cheminée sous peine de rencontrer des problèmes de projections en bouche…

On peut contrôler le niveau de remplissage grâce à la vitre prévue à cet effet.

Comment changer la résistance d’un clearomiseur ?

Cette fois-ci, c’est la bague située au bas du clearomiseur qu’il faut dévisser, côté batterie. La résistance s’enlève simplement en tirant dessus. On en reclipsera une autre ensuite.

Pour savoir comment entretenir un clearomiseur et quand changer sa résistance, rendez-vous ici !

À quoi sert une résistance de cigarette électronique ?

Une résistance est une enveloppe de métal renfermant un coton. Son rôle est d’absorber le liquide contenu dans le clearomiseur, et de le condenser en vapeur sous l’effet de la chauffe.

Chaque résistance est spécialement conçue pour son modèle de cigarette électronique. Il convient de s’approvisionner avec une série d’exemplaires spécifiques.

Quel est le rôle d’une batterie de e-cigarette ?

La batterie est généralement vissée sur le clearomiseur d’une cigarette électronique. Son fonctionnement est le même que celui d’une batterie ordinaire. Elle sert à envoyer du courant dans la résistance, qui va chauffer afin de provoquer l’évaporation du e-liquide.

Pour enclencher le processus et atteindre la température nécessaire à l’évaporation, il faut appuyer sur le bouton de la batterie. Maintenez-le enfoncé le temps de tirer sur votre vapoteuse.

Une batterie de e-cigarette classique est de forme tubulaire, mais il existe aussi les box et les mods. Plus élaborées, ces coques en forme de pavé sont équipées de divers boutons et fonctionnalités supplémentaires pour permettre d’effectuer des réglages précis. Elles présentent parfois aussi un petit écran à cristaux liquides. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

Certains box et mods sont dépourvus de batterie et se rechargent avec des accus (piles rechargeables) à la place.

Comment entretenir sa cigarette électronique ?

Une e-cigarette est régulièrement exposée aux bactéries buccales, aux dépôts de poussières et aux résidus de e-liquide. Afin de prolonger sa durée de vie et conserver une bonne expérience d’utilisation, pensez à l’entretenir régulièrement.

Comment nettoyer un clearomiseur ?

Pour laver son clearomiseur, on commence par séparer les trois pièces qui le composent. On dévisse le bouchon de remplissage et on ôte la résistance.

  • Pour un nettoyage simple et rapide, on peut frotter l’intérieur des composants à l’aide d’un chiffon et/ou d’un coton-tige imbibés d’alcool. En soufflant dans la cheminée du clearo, on élimine les poussières et résidus éventuels.
  • Pour un nettoyage en profondeur, on passe les 3 pièces sous l’eau avant de les frotter avec un détergent. Du produit vaisselle peut parfaitement faire l’affaire. On laissera sécher la résistance pendant une bonne durée de 24 h. Le nettoyage en profondeur est vivement recommandé si vous souhaitez passer à un autre arôme. Il est possible de changer de e-liquide sans changer de résistance, mais le goût du précédent viendra se mélanger au nouveau, et ce pour une longue durée. Cette option est à choisir uniquement si les deux liquides en question se marient bien !

Comment changer une résistance de cigarette électronique ?

Il est préférable de réaliser cette opération lorsque le clearomiseur est vide. Dévissez d’abord ce dernier, puis sa base pivotante. Retirez ensuite la résistance, remplacez-la par une autre, et remettez la base en place. Vous pouvez en profiter pour effectuer un nettoyage de clearomiseur simple.

Attention ! Il est impératif de veiller à patienter quelques minutes avant d’utiliser à nouveau votre cigarette électronique : la nouvelle résistance doit prendre le temps de s’imbiber. Autrement, vous tirerez dans le vide et celle-ci sera brûlée sur-le-champ. Voir ici comment amorcer une résistance !

Comment savoir s’il faut changer la résistance ? Ce composant doit être remplacé régulièrement, car son usure est inévitable. Pour déterminer s’il est temps de procéder à un changement, il suffit de guetter les signes de défaillance. Heureusement, ceux-ci sont assez évidents à déceler :

  • Si votre résistance commence à s’encrasser, votre e-cigarette produira moins de vapeur ou vous ressentirez moins de goût. Il se peut aussi que vous rencontriez des problèmes de fuites. Il sera alors temps de la remplacer, et vous profiterez à nouveau pleinement des plaisirs la vapote comme auparavant.
  • Si votre résistance est brûlée, alors vous le sentirez immédiatement sur votre palais... Non seulement ce goût est désagréable, mais il est également dangereux de vapoter ainsi, tout comme il est nocif de manger de la nourriture carbonisée. Changez immédiatement de résistance dans ce cas de figure.

Quand changer sa batterie de e-cigarette ?

À l’instar d’une batterie de téléphone portable, une batterie de cigarette électronique a une durée de vie limitée. Celle-ci est d’environ 400 cycles de recharge, elle varie donc en fonction de l’utilisation. Mais en règle générale, on peut la conserver pendant au moins trois ans.

Pour augmenter la longévité de votre batterie, vous pouvez appliquer quelques principes simples :

  • Pensez à l’entretenir en essuyant régulièrement le pas-de-vis, qui s’encrasse au fil des utilisations. Un coup de chiffon ou de coton-tige imbibé d’alcool conviendra aussi bien sur la batterie que pour le nettoyage des clearos.
  • Rechargez-la fréquemment, c’est-à-dire lorsqu’elle est légèrement vidée et non intégralement. Prenez ce réflexe, comme vous l’avez certainement déjà avec votre téléphone mobile. Des recharges par à coups sont préférables à de longues sessions.
  • Et pour finir, conservez-la à l’abri de la chaleur et de l’humidité.

Ma cigarette électronique glougloute, que faire ?

Si votre e-cigarette émet de drôles de bruits, il est peut-être tout simplement temps de changer de résistance. Découvrez la procédure ici !

Sinon, il se peut tout simplement que la cheminée du clearomiseur soit saturée. Afin d’évacuer l’excédent, retirez l’embout bucal (le petit bec seul), et secouez votre cigarette au-dessus de l’évier. Autre solution : dévisser le bouchon de remplissage, maintenir le bouton de chauffage enfoncé et souffler dans la cheminée. Répéter l’opération si nécessaire.

Avez-vous besoin de conseils pour l’achat d’une cigarette électronique ?

Si vous désirez obtenir davantage d’informations, n’hésitez pas à nous demander conseil ! Notre équipe se tient à votre disposition et répondra avec plaisir à toutes vos questions.

En cas de doute, rien ne vaut le savoir avisé d’un vendeur spécialisé, qui saura vous apporter des réponses pointues et adaptées à votre cas. Vos souhaits, vos attentes, votre histoire en tant qu’ancien fumeur, nouveau vapoteur ou vapoteur averti… tout sera pris en compte dans votre demande !

N’attendez plus et prenez contact avec nous !

Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté pour comparer.