Une nouvelle étude menée auprès de 19.000 fumeurs britanniques montre que ceux ayant utilisé une cigarette électronique ou pris de la varénicline ont été les plus nombreux à arrêter de fumer.

Gommes, patchs nicotiniques, thérapies comportementales, médicaments, cigarette électronique, hypnose... En matière d’aide au sevrage tabagique, les fumeurs ont l’embarras du choix. Mais parmi toutes ces méthodes, y en a-t-il une qui sort du lot? En janvier 2019, une étude avait déjà montré que la cigarette électronique était deux fois plus efficace que les substituts nicotiniques classiques pour arrêter de fumer. Une nouvelle étude de grande ampleur, publiée le 22 mai dans la revue Addiction, confirme que la cigarette électronique mais aussi un médicament (la varénicline) seraient le plus souvent associées au succès.

Cigarette électronique et varénicline

Au total, 16% des participants avaient arrêté de fumer au moment où l’étude a été menée, en majorité des personnes ayant eu recours à des aides au sevrage. Toutefois, 16,8% de ces fumeurs repentis y sont parvenus sans aucune aide. Pour les autres, les résultats montrent que la cigarette électronique et la varénicline sont les moyens les plus efficaces, avec respectivement 95% et 82% de taux de succès en plus pour leurs utilisateurs par rapport à ceux n’ayant rien pris. Les fumeurs qui se sont fait prescrire un substitut nicotinique par un professionnel de santé ont, eux, enregistré un taux de succès supplémentaire de 34%.